Comprendre l’inflation et la déflation : le guide complet

Récemment mis à jour le juillet 6th, 2022 à 12:05

L’inflation et la déflation, sont les uns des sujets les plus importants en économie.
L’inflation est un phénomène qui touche chacun d’entre nous car elle affecte le niveau des prix dans l’économie. L’inflation fait littéralement partie intégrante de notre vie quotidienne. En fait, l’inflation est si importante qu’elle détermine même les actions de la plupart des banques centrales du monde entier.
Les banques centrales déterminent leur politique en fonction d’un objectif d’inflation. Plus précisément, elles ajustent le taux d’intérêt en augmentant/diminuant la masse monétaire pour atteindre un « objectif » d’inflation de 2% par an.

Mais qu’est-ce que l’inflation ?

La façon la plus courante de mesurer l’inflation de nos jours est d’utiliser l’IPC, l’indice des prix à la consommation. Il s’agit d’un panier de produits de consommation dont le prix est suivi. S’il y a une augmentent de prix, nous concluons qu’il y a une inflation. S’ils les prix diminuent, nous avons une déflation.

L’inflation est souvent décrite dans les manuels d’économie et dans les salles de classe comme « une augmentation soutenue du niveau des prix ».
La variation des prix n’est qu’un symptôme de ce qui constitue réellement l’inflation. L’inflation/déflation est définie comme un changement de la valeur de la monnaie. C’est ce qui entraîne l’augmentation ou la diminution des prix.

Décrire l’inflation comme une « augmentation des prix » serait comme dire que le rhume est le fait d’avoir de la température et d’éternuer beaucoup. Alors qu’il s’agit en réalité d’un un virus à l’intérieur de votre corps qui provoque cette réaction. La fièvre et les éternuements en sont les symptômes, tout comme l’augmentation des prix.

La façon dont l’inflation monétaire fonctionne est assez simple en fait. Si vous augmentez la quantité d’argent disponible sans augmenter la quantité de biens, c’est-à-dire les choses pour lesquelles les gens vont dépenser cet argent, les prix de ces choses finiront par augmenter.

Un exemple pratique de l’inflation : si demain toutes les banques du monde se réunissaient et décidaient de doubler le solde du compte bancaire de chacun, serions-nous mieux lotis ?
Il faudrait être bien naïf pour le croire. Si tout le monde a deux fois plus d’argent, personne ne s’en portera mieux. Peut-être qu’au début, lorsque tout le monde n’est pas conscient de ce doublement de l’argent, vous pourriez vous en tirer en dépensant rapidement votre argent et en obtenant le double des biens que vous auriez pu obtenir auparavant. Mais au fur et à mesure que les gens réalisent ce qui s’est passé, et que davantage de personnes tentent de transférer leur richesse nouvellement trouvée en biens, un déséquilibre se produira.
Aux prix normaux, il y aurait un surplus de demande. Beaucoup de gens essayant d’acheter des choses et aucune offre supplémentaire immédiate puisque le nombre de biens ne peut pas doubler du jour au lendemain.
Si le double d’argent court après la même quantité de biens qu’auparavant, chaque bien vaudra intrinsèquement le double de ce qu’il valait auparavant. Les prix finiront donc par doubler.

Inflation monétaire ou inflation des prix

Ainsi, l’inflation monétaire entraîne l’inflation des prix, comme abordé précédemment. On remarquera que des économistes négligent souvent cette relation de cause à effet lorsqu’ils déclarent simplement que l’inflation est une augmentation des prix.

À court terme, les changements dans l’offre et la demande font fluctuer les prix de manière imprévisible.
À long terme, on peut soutenir que la technologie et le progrès entraîneront une déflation des prix.
Un autre phénomène qui peut affecter les prix est celui des bulles. Il s’agit de poussées de la demande. Ces dernières années, comme avec la bulle immobilière de 2008, elles ont été exacerbées par un endettement excessif.
D’une certaine manière, l’endettement excessif agit comme une augmentation de la masse monétaire, comme dans notre exemple pratique.

Inflation contre déflation

La banque centrale européenne, la banque d’Angleterre et la réserve fédérale ont toutes ce qu’elles appellent un objectif d’inflation.
Depuis les années 1970, l’économie dominante favorise l’inflation par rapport à la déflation. L’idée est qu’un peu d’inflation est tolérable pour éviter la menace de la déflation.

La Grande Dépression

En 1929, le marché boursier américain s’est effondré comme il ne l’avait jamais fait auparavant.
Après cet événement, les États-Unis et la plupart des pays du monde ont connu une dépression économique qui a duré une décennie. Les causes de ce ralentissement peuvent être attribuées à de nombreux facteurs.

La bulle boursière et les faillites bancaires qui ont suivi : le marché boursier américain a subi une énorme correction. De nombreux historiens l’attribuent au fait que, pour la première fois, la spéculation et l’effet de levier se généralisaient.
Des tarifs douaniers mondiaux généralisés : les États-Unis et les pays européens se lancent dans une véritable guerre commerciale en commençant par imposer des droits de douane importants sur les marchandises importées.
Dévaluations : autre élément de la guerre commerciale susmentionnée, les dévaluations monétaires qui ont eu lieu à partir de 1931. En commençant par la Grande-Bretagne, les pays ont commencé à dévaluer leur monnaie dans le but de rester compétitifs au niveau international.

Exemples de déflation

Il existe au moins deux écoles de pensée lorsqu’il est question de déflation/inflation.
La plupart des économistes classiques craignent aujourd’hui la déflation. Ils la considèrent comme quelque chose qu’il faut éviter par le biais d’une intervention gouvernementale.

Pourquoi pensent-ils que la déflation est mauvaise ?
Il y a plusieurs raisons, mais l’histoire se résume à ceci : si les gens s’attendent à une baisse des prix, ils freinent leurs dépenses. Cela signifie une diminution de la consommation, qui entraînera une diminution de la production, qui se traduira par une baisse des salaires ou une augmentation du chômage, ce qui signifie moins d’argent à dépenser et ainsi de suite.

Pensez-y comme à un cercle de malheur, envoyant l’économie dans une spirale vers le néant.
L’autre raison principale est que la déflation rend plus difficile le remboursement des dettes, tout comme l’inflation réduit en fait le poids des dettes.
Si je dois rembourser une dette mais que les biens et services ont maintenant un prix nominal plus bas, il me sera plus difficile de rembourser la dette que j’ai acquise lorsque je pensais que les prix allaient être plus élevés.

D’autre part, un petit sous-ensemble d’économistes considère la déflation plutôt comme un mal nécessaire. Ils considèrent la déflation comme une période de correction. Si le marché boursier est surévalué et que les gens et les entreprises sont trop endettés, il est normal que les prix baissent.
S’il y a des défauts de paiement généralisés, là encore, on peut voir cela comme une contraction de l’argent disponible, puisqu’il y a des dettes qui sont détruites. Les prix devront s’adapter à cette nouvelle réalité.
On peut trouver la preuve de cette théorie dans ce qui s’est passé pendant la période 1919-1920. L’économie américaine a connu une déflation et une récession importantes. Mais suite à cette correction rapide, le pays a connu une décennie de prospérité.
L’alternative la plus populaire semble être d’essayer d’éviter la déflation en donnant un coup de pied dans la fourmilière. En injectant de l’argent dans l’économie sous forme de crédit bon marché pour maintenir des valorisations boursières élevées, ou des prix immobiliers élevés, ou pour aider les entreprises et les sociétés à s’endetter davantage et à poursuivre le cycle « vertueux » de la consommation.

Quel est le « bon » niveau d’inflation ?

En fin de compte, c’est la question à laquelle nous devons répondre.
En règle générale, l’inflation monétaire devrait être à peu près nulle. La valeur de la monnaie devrait rester stable autant que possible, car elle est utilisée pour mesurer la valeur lors de l’échange de biens.

À long terme, je crois que nous profiterions tous de la déflation. Qui n’aime pas des prix plus bas ?
Cela se produirait lorsque la technologie et les méthodes de production plus efficaces rendent les choses moins coûteuses à produire. À l’inverse, l’inflation, dont il faut comprendre qu’elle signifie une perte de pouvoir d’achat.

Derniers articles

Gagner de l'argent avec sa voiture
Comment gagner de l’argent avec sa voiture ?

Si vous avez une belle voiture, accessible et fiable, alors félicitations ! Cet article vous aidera à gagner de l’arg...

Gagner de l'argent avec sa voix
Gagner de l’argent avec sa voix : le guide complet

De nos jours, il existe toutes sortes de façons de gagner de l'argent en tant qu'acteur vocal. En fait, il peut s'agi...

Gagner de l’argent en jouant ! Les méthodes accessibles

Ces dernières années, l'industrie du jeu a connu une croissance significative du nombre d'utilisateurs. En effet, ave...

investir dans un mobil-home
Investir dans un mobil-home ! Tout savoir sur l’investissement des maisons mobiles

Lorsque vous entendez le mot "investissement immobilier", vous pensez probablement aux maisons et aux appartements. C...

Dans quoi investir
Dans quoi investir en 2022 ? Les meilleurs idées d’investissement pour cette année

Pour jouir d'un avenir financier confortable, l'investissement est une étape essentielle afin de préparer un avenir m...